Découverte d’une discipline : l’endurance 2

esprit-evolution-endurance-equestre-1-1

Bon je triche un peu en remettant cette article dans la catégorie découverte d’une discipline mais on ne dira rien. J’ai décidé aujourd’hui de vous raconter ma deuxième expérience en Endurance. Je ne vous aurais pas rédigé cette article si c’était pour vous raconter la même chose que la dernière fois. Car je n’avais pas imaginé le fossé qu’il y aurait entre une 10km totalement plate et une 20km en montagne russe. Autant pour la première j’étais préparée mais la 2eme je n’avais vraiment pas idée de ce qui m’attendait!

Je vous conseille de lire mon article précédent sur la discipline et mon expérience avant de lire la suite. Par ici

J’avais hâte d’y retourner pour courir une 20km cette fois ci. C’était la dernière de la saison qui se situait à 1h de route. Lorsque nous sommes arrivés sur le terrain nous avons vu ces grandes collines qui nous entouraient sans douter que nous devrions monter là-haut pour redescendre. Au contrôle vétérinaire ma jument prend un coup de stress à cause d’un pot de fleur qui n’a pas une bonne tête de pot de fleur : 45 de FC  . Nous sellons donc et nous mettons à cheval avec mon amie et son amie qui courrait habituellement les 90km mais qui devait sortir un jeune cheval pour sa première endurance ce jour là. Elle nous prévient que le terrain est légèrement grimpant et que la plupart des cavaliers tournent à 14km/h. On part au grand trot et on lance nos montre-chrono (car oui tous les cavaliers en sont équipés c’est un peu comme le tapis à strass en CSO).

« ça grimpe légèrement »

Bon bah on va revoir le choix des mots pour décrire cette montée car c’était TOUS sauf léger à monter! Une montée caillouteuse à peine après 10 minutes de course, ma jument commence la montée et je la vois qui commence à transpirer sous cette chaleur écrasante. On arrive 5 min plus tard au bout de cette montée et je la vois qui à quelques soucis à reprendre son souffle. J’hésite à laisser mes coéquipières partir devant mais je me dis que ma jument ne supporterait pas de les laisser partir alors on continue néanmoins avec une cadence moins rapide. Quelques petites montées plus tard on se retrouve sur le goudron et là je vois personne qui ne ralentit pas et continue dessus au trot. On peut trotter sur le goudron? Ah… je savais pas. J’essaye de minimiser en me mettant sur le bord de la route dans l’herbe.

On arrive aux premiers 5km, ma jument a repris du poil de la bête et on se jette des bouteilles d’eau dessus avant de repartir au petit galop. J’essaye de caler au maximum ma jument au petit galop pour qu’elle reprenne son souffle et ça marche. On arrive devant une descente, la cavalière habituée se retourne vers nous « Vous savez trotter en descente? » Ma copine et moi on se regarde interloquées « Vous allez apprendre alors!« . Je crois que c’est un truc de cavalier d’endurance que de t’apprendre des trucs en plein milieu d’une compétition, bon au moins maintenant je sais trotter en descente. Le terrain est si bien vallonnée qu’on enchaine montées, descentes en permanence et ma jument commence à s’y habituer vers le 10e km.

imgp5911

Photo : Mathilde Hervé

Moi qui voulait mettre pied à terre et rentrer à pied, finalement je suis contente d’être restée à cheval car c’est génial. On est tout en haut de la colline et c’est magnifique. On a une vue imprenable sous toute la petite vallée et il fait tellement beau que ce serait le cadre idéal pour rester ici pendant des heures. Mais on recommence déjà à descendre, ma jument n’est plus du tout comme au début de cette course, elle est pleine d’énergie et je n’ai pas eu besoin une seule fois de lui demander d’avancer car elle me prend la main pour essayer d’aller plus vite.

On a passé le 3eme point d’assistance, ma jument est si motivée qu’elle se place d’elle même en tête de notre file indienne. J’ai besoin de la freiner car elle essaye de partir ventre à terre jusqu’à l’arrivée! Nous ne rencontrons plus aucune difficulté car les descentes ne sont pas pentus et nous avons peu de goudron. Un panneau nous indique 1km avant l’arrivée, j’ai l’impression que je vais finir la course de ma vie. On arrive de front toutes les 3 avec nos chevaux qui sont surexcités. C’est bon on a fini. Je saute de cheval et je cours desseller ma jument. On part doucher nos chevaux en posant des serviettes sur leur encolure et on les fait marcher avant le véto. Je trépigne d’impatience avant de passer devant le véto. J’emmène ma jument qui a une FC de 45 tout pile comme au départ! Youpi c’est la fête! Je l’emmène se goinfrer de carottes et de pommes avant de la couvrir de bisous (même si elle préfère la nourriture).

201209291555

Moi quand j’ai fini la course

Nos petits papiers indiquent une vitesse moyenne de 13,5km/h et on ramène nos bêtes à l’écurie pour qu’elles profitent du pré et d’un mash avec un peu de traumasedil. Lundi et Mardi ce sera balade au pas et streching Mercredi pour ensuite reprendre tranquilou le boulot.

Je trouve que cette compétition d’endurance n’est pas comparable à celle que j’avais faite la première fois car j’ai vraiment ressenti que c’était beaucoup plus technique et physique mais surtout ma jument m’a montré une attitude que je ne lui connaissais pas. Je n’aurais jamais cru la voir aussi déterminée et heureuse à la fois en compétition, elle était concentrée et écoutait toutes les indications que je lui donnais. Je ne l’avais vraiment jamais vu prendre autant de plaisir que moi j’en ai pris. Donc oui sans hésiter je retournerais encore en Endurance et c’est même déjà prévu pour le printemps 2015. Je vous recommande donc une fois de plus d’essayer cette discipline car c’est vraiment une discipline qui vous transcende autant vous que votre cheval!

Publicités

15 réflexions sur “Découverte d’une discipline : l’endurance 2

  1. Cavali'Erre dit :

    Quand je vois la dernière photo, je me dis que je ne t’imaginais pas comme ça 😉 C’est vrai que ça donne envie quand même ton récit! Mais tu as l’air d’avoir enchaîné les surprises dans cette compétition!

    J'aime

    • lacavaliereblonde dit :

      Haha j’espère que tu as compris que ce n’était pas moi sur les photos ^^ Enfaite à la fin j’étais fière de ma jument et moi même car je nous en pensais pas capable. Oui j’ai pas l’habitude d’apprendre en pleine compétition les bases du cavalier d’endurance 😉 c’est comme si on t’apprenais à tourner avant un CSO mais bon si c’était à refaire je le referais sans problème! 😀

      J'aime

  2. ml dit :

    belle expérience!
    Pour côtoyer pas mal de cavaliers d’endurance et pour être montée une fois ou deux à l’entraînement.. 20 kms.. ça commence à faire des courbatures! Je n’imagine même pas au delà!

    J'aime

  3. Windfola dit :

    Et quand on pense que 20km ce n’est que le début ! Je rêve depuis des mois de faire de l’endurance, j’ai même entraîné mon pur sang anglais cet été, mais je n’ai pas eu l’occasion de participer aux courses et monsieur s’est blessé pour au moins 4 mois (fracture du sabot), pas sûr qu’il puisse faire un sport si exigeant après ça… Donc on revient sur du classique avec une SF de 4 ans, trop jeune et immature (sortir seule dehors ça fait peuur) pour envisager de sortir en endurance pour l’instant !

    Ça fait plaisir de voir que cette discipline est testée et approuvée par de nouveaux cavaliers ! Sachant qu’on commence tous en clubs et que rares sont ceux qui en entendent même parler…

    Bref, merci pour ce partage de sensations !

    J'aime

    • lacavaliereblonde dit :

      Je pense que cette discipline exige une très bonne condition physique du cheval car ça doit quand même pas mal leur coûter.
      Par contre je suis sûre qu’avec un copain cheval pour ton SF il s’amuserait énormémement mais pas tout de suite hein 😉

      J'aime

  4. Ciriolla dit :

    Pour valoriser mon élevage, je me décide à sortir mon Etalon en compétition et vu que les disciplines classique çe n’est pas pour moi… Direction l’endurance et je me regale^^
    Cela fait deja 2ans que je courre et j’en suis en 60km, j’envisage de participer aux championnats régional ….

    J’aime sentir le côté guerrier que déploie le cheval, de traverser de si beau paysage, que cela dure plus de 1min30(truc que je trouvais ultra frustrant en cso)…

    Je suis contente que cette discipline t’es tant plu

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s